Commission canadienne du lait
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Production

Tendances

De 2011 à 2016, le cheptel laitier canadien est demeuré relativement stable (-0,6%), tandis que la production globale de lait a augmenté de 8,9 %. En 2011, la production de lait canadienne s'est élevée à 77,8 millions d'hectolitres tandis qu'en 2016, elle atteignait 84,7 million d'hectolitres. Ces ajustements reflètent la restructuration des fermes; il y a moins de fermes mais chacune exploite un plus grand nombre de vaches. Depuis 2011, le nombre de vaches par ferme a augmenté d'environ 12,1 % et la ferme laitière moyenne au Canada compte désormais 85 vaches. Les améliorations en matière d'alimentation, de prévention des maladies et de génétique a fait croître la production par vache.

Recettes monétaires agricoles

L'industrie laitière a contribué de façon importante à l'économie canadienne en 2016, se classant troisième après les viandes, les graines et les oléagineuses par la valeur de ses livraisons manufacturières, et dégageant des recettes montéaires agricoles de 6,17 milliards $.

Recettes monétaires des ventes de lait et de crème à la ferme

Marchés du lait

Les producteurs laitiers canadiens approvisionnent deux marchés principaux :

  • le marché du lait de consommation, qui comprend les laits aromatisés et les crèmes et
  • le marché du lait de transformation qui utilise le lait dans la fabrication de produits comme le beurre, le fromage, le yogourt, la crème glacée et les poudres de lait.

Pendant l'année laitière 2015-2016, le marché du lait de consommation représentait environ 28,9 % des livraisons totales des producteurs, soit 97,8 millions de kg de matière grasse.1 Le marché du lait de transformation englobait l'autre 71,1 % des livraisons totales des producteurs, soit 240,2 millions de kg de matière grasse. En 2016, 82,2 % de la production de lait canadienne était concentrée en Ontario et au Québec.

Production de lait par province

Lait biologique

La production de lait biologique est en croissance constante au Canada et le volume est 23,8 % plus important qu'il ne l'était il y a cinq ans. La production de lait biologique est concentrée au Québec, en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique. Pendant l'année laitière 2015-2016, 222 fermes ont produit 1 110 664 hectolitres de lait biologique, ce qui représente 1,4 % de toute la production de lait canadienne. En 2014, les primes versées par les transformateurs pour le lait biologique allaient de 16 à 30 cents le litre. Les producteurs de lait biologique doivent souvent prendre en charge des frais administratifs et des frais de transport additionnels. Ces frais sont souvent retenus directement sur la prime versée par le producteur et sont en moyenne de 0,08 $ à 0,12 $ le litre.2

Production de lait biologique et nombre de producteurs

Nombre de fermes

L'industrie a vu le nombre de fermes laitières diminuer de 23,1 % au cours de la dernière décennie, passant de 14 660 en 2006 à 11 280 en 2016. Cependant les fermes se sont agrandies tout en devenant plus efficaces. En effet, de 2007 à 2016, la production laitière par ferme a connu une hausse importante de 38,8 %.

Nombre de fermes par province

Nombre de vaches

Bien que le nombre de vaches laitières ait diminué au cours des dix dernières années, la production par vache elle, a augmenté de 9,7 %. En 2011, le Canada comptait 965 600 de vaches laitières produisant une moyenne 80,5 hl de lait chacune. En 2016, on dénombrait 959 100 de vaches laitières au pays, produisant une moyenne de 88,3 hl de lait chacune.

Nombre de vaches par province

Ferme laitière canadienne typique

La ferme laitière canadienne typique est plutôt spécialisée et tire la plus grande part de ses revenus de la production laitière et de la vente de bovins laitiers. Il s'agit habituellement d'une exploitation familiale comprenant un troupeau de quelque 77 vaches Holstein. Typiquement, les exploitants de fermes laitières sont âgés de 45 à 54 ans.

Au fur et à mesure que leur taille augmente, les exploitations laitières ne peuvent plus se contenter du travail d'un seul exploitant et de l'aide à temps partiel de sa famille, et des collectivités rurales partout au pays souffrent d'un manque de main-d'oeuvre qualifiée. Les installations de traite tendent à gagner en taille et à être de plus en plus automatisées. Plusieurs fermes laitières exploitent de nouvelles technologies telles que le salles de traite rotatives, les systèmes d'identification des animaux et les dispositifs automatisés de séparation des vaches. De plus en plus de producteurs recourent même à des équipements robotisés pour traire les vaches. Ils peuvent ainsi réaliser des économies sur la main-d'oeuvre tout en développant leurs exploitations.3

Publié la première fois en 1990, puis modifié en 2009, le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins laitiers a été élaboré par les Producteurs laitiers du Canada et le le Conseil national pour les soins aux animaux d'élevage, avec le concours de scientifiques, d'experts gouvernementaux et de la Fédération des sociétés canadiennes d'asssistance aux animaux. Il contient des lignes directrices nationales qui ont pour objectif de favoriser les pratiques sur la gestion et le bien-être des animaux bien fondées au moyen de recommandations et de critères sur les pratiques relatives à l'hébergement, la gestion, le transport, le traitement et l'élevage des bovins laitiers.


1. La production de lait au Canada est exprimée en kg de matière grasse à raison de 3,6 kg de matière grasse l'hectolitre
2. Industrie du lait biologique au Canada, 2012
3. Financement agricole Canada. Nouvelles du secteur du lait. 2011