Commission canadienne du lait
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

La gestion de l'offre

Le système de gestion des approvisionnements de lait de transformation a été établi au début des années 1970 pour contrer l'instabilité des prix, l'incertitude de l'offre et les fluctuations des revenus des producteurs qui étaient courants dans les années 1950 et 1960.

Les éléments actuels du système de gestion des approvisionnements ont évolué à partir d'initiatives d'offices provinciaux de commercialisation. Au début, les producteurs agricoles se sont regroupés pour s'assurer d'une plus grande stabilité face aux marchés caractérisés par des cycles de production imprévisibles. Par exemple, ils ont établi des prix planchers respectés par leurs membres.

Cependant, les premiers groupes de producteurs agricoles avaient peu d'influence et se sont tournés vers les gouvernements provinciaux pour la création d'offices de commercialisation. Ces offices étaient soit des groupes de producteurs sanctionnés par le gouvernement ou des organismes désignés par le gouvernement disposant de pouvoirs légaux provinciaux leur permettant de mener des activités de commercialisation, telles que l'établissement du prix et la gestion de la production, sur leur territoire afin de subvenir à la demande au moyen de quotas de mise en marché.

Néanmoins, ces organismes ne pouvaient mettre en oeuvre des programmes qu'aux niveaux provincial ou régional. Leur efficacité était minée par un manque de contrôle régulateur au niveau du commerce au-delà des frontières interprovinciales et internationales. Dans bien des cas, malgré la gestion locale des approvisionnements, les surplus provenant d'autres régions pouvaient facilement perturber les modalités ordonnées de mise en marché et nuire aux tentatives de réglementation des prix. Cela a amené les producteurs à exiger des plans de commercialisation coordonnés et l'établissement d'offices nationaux de mise en marché.

En 1966, la Commission canadienne du lait a été créée. L'industrie laitière devenait ainsi, au début des années 1970, la première au Canada à administrer un régime national de gestion des approvisionnements.

Qu'est-ce que la gestion de l'offre?

Toute industrie, de la fabrication automobile aux usines de chaussures, tente d'établir le meilleur équilibre possible entre l'offre et la demande. Les producteurs agricoles cherchent à faire de même par la gestion des approvisionnements. Ils gèrent leur production pendant une certaine période de sorte qu'elle coïncide avec les prévisions de la demande de leurs produits pendant cette même période. En exerçant un contrôle efficace de la production, on évite des excédents coûteux. Des excédents existent lorsque la demande totale du marché est inférieure à la production, ce qui se traduit par des coûts d'entreposage et d'écoulement.

La gestion des approvisionnements est plus complexe dans le secteur agricole que dans de nombreux autres secteurs, surtout en raison du très grand nombre d'unités de production. D'autre part, la température et d'autres facteurs imprévus affectent aussi les cycles de production. Néanmoins, la stabilité des marchés et des revenus provenant des ventes revêt une importance primordiale en raison de l'ampleur de la planification et de l'investissement requis pour assurer une production efficace.

Comment fonctionne le régime de gestion de l'offre dans le secteur laitier?

Dans le domaine des produits laitiers, l'équilibre entre l'offre et la demande suppose au départ un équilibre entre la production de toutes les fermes laitières et la consommation intérieure de produits laitiers. Le contrôle de la production nationale au niveau de la ferme se fait grâce aux quotas de mise en marché établis dans le cadre du Plan national de commercialisation du lait. La gestion des approvisionnements doit également tenir compte de certaines importations au Canada et d'une partie de la production qui est expédiée sur les marchés d'exportation.

Plus de quarante ans

Au cours des ans, le régime de gestion des approvisionnements a fourni un environnement stable au sein duquel l'industrie laitière a pu évoluer tout en faisant face aux défis provenant des conditions changeantes des marchés intérieurs et des règles du commerce international. Avec la mondialisation importante du marché et les nouveaux problèmes qui se posent, la CCL croit que la coopération et la collaboration qui ont caractérisé la création de la gestion de l'offre demeurent la plus grande force et les meilleurs garants de l'industrie laitière canadienne dans les années à venir.