Commission canadienne du lait
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Hausse des prix de soutien du beurre et de la poudre de lait écrémé en vigueur le 1er février 2001

OTTAWA, 15 décembre 2000   La Commission canadienne du lait (CCL) a annoncé aujourd'hui qu'à compter du 1er février 2001, le prix de soutien de la poudre de lait écrémé passera de 4,6842 $ à 4,8394 $ le kilogramme, et celui du beurre, de 5,5407 $ à 5,7261 $ le kilogramme. La décision a été prise après avoir examiné attentivement l'étude à l''échelle nationale sur les coûts de production menée dans les régions, la situation générale de l''économie ainsi que les avis énoncés par les principaux intervenants de l''industrie laitière, dans les secteurs de la production, de la transformation, de la transformation secondaire, de la distribution au détail, de la restauration et de la consommation.

Les revenus du marché, résultant de ces prix de soutien plus élevés, procureront aux producteurs laitiers un montant additionnel de 2,13 $ l'hectolitre, ou 3,8 p. cent au-dessus de leur niveau actuel de revenus. De ce montant, 0,85 $ sert au recouvrement du marché du subside à la consommation. En conséquence, les revenus nets des producteurs laitiers augmenteront de 1,28 $ l''hectolitre ou 2,3 p. cent au-dessus des revenus nets de l'an dernier, ce qui est inférieur au taux d'inflation actuel de 2,7 p. cent.

La décision maintient à 0,07 $ l'hectolitre les frais de possession associés aux coûts des programmes d'entreposage servant à contrebalancer les variations saisonnières de la production laitière. Le niveau de la marge théorique des transformateurs ne subit aucun changement.

Parmi les facteurs ayant contribué à la décision, la Commission signale la situation positive de l'ensemble de l''économie canadienne. Le revenu disponible a augmenté et la demande des consommateurs en produits laitiers demeure élevée.

« D''après la Commission, la hausse des coûts des intrants comme le carburant, le transport et les fertilisants, ainsi que des frais plus élevés de la main-d'oeuvre et de la gestion des fermes, devraient se refléter adéquatement dans un rajustement des prix », d'expliquer Guy Jacob, président de la CCL.

La CCL achète le beurre et la poudre de lait écrémé aux prix de soutien en vigueur afin d'équilibrer les variations saisonnières de l'offre et de la demande sur le marché intérieur.

Les prix de soutien servent de références aux offices provinciaux pour l'établissement des prix du lait vendu aux transformateurs. Les prix réels des produits laitiers offerts aux consommateurs sont toutefois influencés par de nombreux autres facteurs tels que les frais de fabrication, de transport, de distribution et d'emballage tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

Le subside à la consommation est graduellement éliminé sur une période de cinq ans prenant fin le 31 janvier 2002. Puisque ce subside atténue le prix des produits du lait de transformation vendus aux consommateurs, la Commission a maintenu la pratique de recouvrer du marché la réduction des versements fédéraux.

La Commission fait remarquer qu'au cours de la période de 1997 à 2000, les revenus nets des producteurs laitiers ont connu une hausse de 4,2 p. cent tandis que l'indice des prix à la consommation (IPC) pour tous les aliments a augmenté de 4,2 p. cent, et celui pour tous les produits, de 5,5 p. cent.

Le lait de transformation sert à la fabrication de produits laitiers comme le beurre, le fromage, le yogourt, la crème glacée et la poudre de lait écrémé.

La Commission canadienne du lait, une société dÉtat créée en 1966, constitue un facilitateur clé au sein du secteur laitier canadien. Elle contribue à identifier, mettre en oeuvre et administrer des politiques et des programmes qui répondent aux besoins des producteurs et transformateurs laitiers, tout en assurant aux consommateurs canadiens des approvisionnements suffisants de produits laitiers de qualité. En s''acquittant de son mandat, la CCL assure la présence d'une infrastructure nécessaire à la participation fédérale-provinciale pour une industrie de juridiction partagée.