Commission canadienne du lait
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Hausse des prix de soutien du beurre et de la poudre de lait écrémé en vigueur le 1er février 2000

OTTAWA, 17 décembre 1998  La Commission canadienne du lait (CCL) a annoncé aujourd’hui qu’à compter du 1er février 1999 le prix de soutien de la poudre de lait écrémé passera de 4,4310 $ à 4,5247 $ le kilogramme et celui du beurre, de 5,3927 $ à 5,4667 $ le kilogramme. Les commissaires ont pris cette décision après une analyse exhaustive des avis énoncés par les principaux représentants de l’industrie, y compris les producteurs laitiers, les transformateurs, les transformateurs secondaires, les représentants du secteur de la restauration et les consommateurs. De plus, on a tenu compte des coûts de production provinciaux, de la conjoncture du marché, de l’évolution du secteur laitier, et de l’économie en général.

La hausse des prix de soutien assure un revenu de marché additionnel aux producteurs afin de neutraliser une réduction planifiée du subside laitier de 0,76 $ l’hectolitre ainsi que 0,09 $ l’hectolitre pour couvrir un moins-perçu en revenu qui survient lorsque la réduction de subside est recouvrée au moyen d’une augmentation du prix de soutien de la poudre de lait écrémé au lieu d’être pleinement recouvrée sur le beurre.

Suite à un examen minutieux des calculs du coût de production, un montant supplémentaire de 0,27 $ l’hectolitre est accordé aux producteurs pour compenser partiellement le moins-perçu en revenu sur le marché intérieur, au cours de l’année laitière 1997-1998.

Le président de la CCL, Guy Jacob, a indiqué que ces changements devraient donner lieu à des prix du lait plus élevés pour les transformateurs de 1,12 $ l’hectolitre ou d’environ 1,8 pour cent.

«La Commission est d’avis que cette approche équilibrée procure une certaine augmentation du revenu aux producteurs tout en assurant la stabilité du marché intérieur», a expliqué M. Jacob.

La CCL achète du beurre et de la poudre de lait écrémé aux prix de soutien en vigueur pour équilibrer les variations saisonnières de l’offre et de la demande sur le marché intérieur.

Les prix de soutien servent de références aux offices provinciaux pour l’établissement des prix du lait vendu aux transformateurs. Les prix des produits laitiers aux consommateurs sont également influencés par de nombreux facteurs tels que les frais de transport et d’empaquetage, de même que la marge de profits obtenue tout au long de la chaîne de transformation.

Les versements du subside laitier fédéral, qui seront graduellement éliminés d’ici le 31 janvier 2002, contribuent à modérer le prix des produits de lait de transformation vendus aux consommateurs en réduisant la portion des revenus du marché accordée aux producteurs. Les paiements sont versés aux producteurs selon leurs envois de lait de transformation et de crème à l’intérieur du quota qui leur est alloué et qui est requis pour répondre à la demande intérieure. Les frais financiers associés à l’achat et l’entreposage, par la CCL, des stocks de beurre normaux pour assurer des approvisionnements amplement suffisants à la demande intérieure et pour couvrir les frais d’administration reliés aux activités de la CCL en matière de commercialisation nationale, ont été maintenus à 0,07 $ l’hectolitre. Le niveau de la marge de profits anticipée des transformateurs demeure inchangée.

Le lait de transformation sert à la fabrication de produits laitiers tels que le beurre, le fromage, le yogourt, la crème glacée et la poudre de lait écrémé.

La Commission canadienne du lait, une société d’État créée en 1996, constitue un facilitateur clé au sein du secteur laitier canadien. La CCL contribue à identifier, mettre en oeuvre et administrer des politiques et des programmes qui répondent aux besoins des producteurs et transformateurs laitiers, tout en assurant aux consommateurs canadiens des approvisionnements suffisants de produits laitiers de qualité. En s’acquittant de son mandat, la CCL offre une infrastructure cruciale à la participation fédérale-provinciale, vu la compétence partagée au sein de l’industrie.